Vous êtes ici : Les dossiers du Mag du Bricolage > Outils et matériaux > Les tuiles : une diversité de formes, mais laquelle choisir ? Tour d'horizon

Les tuiles : une diversité de formes, mais laquelle choisir ? Tour d'horizon

Dans le secteur du bâtiment et de la construction, s’il existe un marché qui ne cesse de se développer, c’est certainement celui dédié à la toiture. Celle-ci étant un élément crucial de tous bâtiments, elle doit être constituée des meilleurs matériaux. En la matière, les tuiles se placent en haut du panier par leur longévité, leur esthétisme et leur durabilité.

tuile plate

La tuile plate

Sous forme de rectangle de terre cuite, la tuile plate est constituée à son dos de trous ou de talon d’accrochage qui permet la fixation sur les liteaux. C’est l’un des modèles les plus classiques retrouvés sur le marché qui a été utilisé depuis le Vème siècle dans le bassin parisien et les régions nordiques du pays. L’avantage de la tuile plate est qu’elle s’adapte aux toitures complexes constituées de lucarnes, de courbes, d’ogives ou de tourelles. Elle peut également être installée sur les toits dotés d'une forte pente qui fait plus de 45°. La tuile plate offrant aussi une étanchéité sans pareille, elle sera conseillée dans les régions à forte pluviométrie.

La tuile canal

Appelée aussi tige de botte ou tuile ronde, la tuile canal se distingue par sa forme de gouttière tronçonique. L’extrémité de la tuile est plus large que l’autre pour simplifier l’emboitement par glissement et par l’effet de poids. Ce type de tuile est très courant dans le Sud de la France et dans les régions ensoleillées. Après les orages violents, les eaux de pluie sont évacuées facilement et rapidement, ce qui permet d’assurer la longévité du matériau et de la toiture. À l’inverse des tuiles plates, la tuile canal est lourde et s’utilise surtout sur les toitures à pente faible.

La tuile à emboîtement

Née sous l’impulsion des frères Gilardoni au XIXème siècle, la tuile à emboîtement est constituée de rainures et de cannelures sur les côtés qui simplifient l’emboîtement avec la tuile voisine. Cette technique a l’avantage d’offrir une stabilité et une étanchéité optimale. Également appelée tuile mécanique, elle s’adapte aux toits dotés d’une pente entre 25 et 60° et se décline en une myriade de formes, de couleurs ainsi que de dimensions.

tuile romane

La tuile romane

Depuis maintenant un demi-siècle, la tuile romane équipe les toitures de la plupart des maisons situées dans le Sud du pays. Elle présente les mêmes particularités physiques que la tuile classique sauf qu’elle est pourvue d’une partie jouant le rôle de gouttière. Ce type de tuile appartient à la famille des tuiles mécaniques au même titre que la tuile d’emboîtement. Elle s’adapte aux toits à faible pente et a l’avantage de résister aux pires conditions météorologiques.

La tuile photovoltaïque

En matière de couverture de toiture, on n’arrête pas l’innovation. L’une des dernières nées est la tuile photovoltaïque. Cette dernière a la capacité de conduire l’électricité et aide ainsi à la réduction de la facture d’électricité. Les tuiles photovoltaïques peuvent être installées sur tout type de toiture et s’intègrent sous les tuiles classiques dans la couverture par système d’emboîtement. Elles ont l’avantage d’être plus petites qu’un panneau photovoltaïque habituel, mais restent néanmoins très onéreuses à l’achat. Pour financer leur installation, il convient de se renseigner sur les aides et subventions accordées pour les travaux favorisant l’usage d’énergie renouvelable.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : gkBPJW

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture ...